Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Échangez avec des passionnés d'aviation sur une foule de sujets (reliés de près à l'aviation), trucs, aventures aériennes. Obtenez des conseils ou initiez-vous à l'aviation. Prenez contact avec l'association, faites-vous des amis(es), conservez le contact.

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar abud » Dim 10 Fév, 2019 10:00

Je lis présentement Les Fondateurs De L`Amérique de Francis Jennings un historien très intéressent centré surtout sur le territoire usa.
Avatar de l’utilisateur
abud
Toujours là!
Toujours là!
 
Messages: 4157
Inscription: Ven 15 Fév, 2008 11:32
Localisation: CYYY
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush caddy
Modèle de l'avion: R-120
Identification de l'avion: C-GYOP

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar toxedo_2000 » Dim 10 Fév, 2019 11:49

C'est vrai que les fesses, c'est un beau sport ! :mrgreen:
(oups! Je voulais dire la musique et la danse)
HA! Si mes bras pouvaient tourner, j'en sauverais de l'essence!!!
Avatar de l’utilisateur
toxedo_2000
Immortel
Immortel
 
Messages: 10079
Inscription: Jeu 18 Déc, 2003 13:02
Localisation: St-Michel
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Vivons heureux, vivons cachés
Modèle de l'avion: Objet volant
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar jacdor » Dim 10 Fév, 2019 14:47

J'ai deja entendue parler de ces histoires la, c'est pour ca que notre premier ministre actuel a pleurer pour s'excuser et Je crois que les tribus indiennes du temps appelaient ca "l"inuitslaphobie" . :mrgreen:
JD
jacdor
Vrai participant
Vrai participant
 
Messages: 1402
Inscription: Dim 28 Mar, 2010 17:16
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion:
Modèle de l'avion:
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Dim 10 Fév, 2019 16:07

Pour les premiers 150 ans du commerce de la trade des fourrures.
La routine à un comptoir de traite était assez simpliste et rigoureuse.

Normalement, le comptoir consistait en une cabane en bois rond ayant un stock
de : Brandy, Tobacco, pierres à feu, têtes de haches, hameçons, farine, chaudron, muskets
cornes de poudre, boulets de muskets, petites billes décoratives pour faire des colliers.
Cabanes qui ne toffaient guère plus de 15-20 ans.

Et une autre cabane qui servait de dortoir, cuisine.
Plus tard, la venue des '' Forts '' combinaient quelques cabanes en plus d'une place pour un forgeron et pour un menuisier.

Maintenant, au début, il n'y avait que 8 hommes en moyenne par comptoir.
Que pour 2 mois en général.
Mais parfois si le bateau de ravitaillement ne pouvait se rendre avant l'hiver,
ça se gâtait sérieusement.

La HBC, avait quelques lignes directrices.
Défense de coucher avec les Indiennes, celà mettais en péril les campements, car souvent la nuit tombée, elles allaient débarrer
les portes et ainsi permettre à leurs chasseurs de venir piller les postes de traite.
Pourtant chaque Postmaster avaient une femme Indienne et plusieurs enfants avec.
Défendu de faire le traffic de peau personnellement avec les Indiens ou avec les marins des bateaux de ravitaillement.
Défendu de tenter de rendre les Indiens plus '' Domestiques '' ne pas leur montrer à lire ou à écrire.
Il ne fallait pas moderniser les Indiens car, ils devenaient trop sédentaires et ainsi, ils relâchaient le trappage et la chasse
et ainsi, les pertes de revenus en traite de peaux en était trop importantes.
Les Indiens étaient normalement regroupés en clan de 2-3 familles, ce qui était un genre de limite naturelle
à la possibilité de chasse, de pêche et de subsistance du groupe, plus de monde plus de pression de chasse à maintenir
le groupe en vie. Ce n'était qu'un genre d'équilibre naturelle par rapport aux conditions de vie.
Avec plus de modernisme, il devenait plus facile d'agrandir les peuplades.
Sachons que les Indiens procuraient la majorité de la nourriture aux Blancs, poissons et caribous car les blancs
ne savaient pas pêcher, chasser ou trapper de manière profitable, ils se perdaient en forêt.
Ne savaient pas se fabriquer des raquettes. Les mouskets étaient toujours hors d'usage.

Malheureusement le Brandy coulait à flot et venait avec ça beaucoup de merde des 2 clans.
Si les blancs devaient hiverner, c'était comme signe leur arrêt de mort.
Ils devaient ainsi subsister sur les maigres provisions non échangées aux Indiens.
Quelques poissons séchés, les reste de caribous, quelques castors, martes.
Et sur eux même....
Quand la famine sévissait durement dans ces régions, mettant même les Indiens à l'épreuve.
Ces derniers tentaient de se ravitailler au postes, si pas possible, ils mangeaient leurs animaux de compagnie
soit leurs chiens, ensuite, toujours si la neige et les froids extrèmes rendaient toute activités impossible.
Ils commençaient à se bouffer entre-eux, les enfants en premier, les femmes, puis les hommes plus faibles.
C'est pour ces raisons,que les femmes tentaient aussi de se ramasser avec les blancs, qui aussi ne devaient pas
se saouler '' autant '' que les Indiens . On parle ici de cas vraiment extrême mais malheureusement connus.
L'expédition Nordique de Franklin fut bien documenté sur ce sujet.
Alors qu'ils n'avaient plus que des semelles de bottes pour se nourrir et qu'ils ne se fiaient qu'a de râres visite d'Inuit leur
apportant des pièces de phoques, un moment donné en désespoir, nos amis tentèrent de manger les Inuits.
Les inuits ont ainsi décider de ne plus retourner voir les marins, qui ont finis par tous mourir, soient canibalisés, malades
ou frigorifiés. Le dernier contact connus des Inuits avec les marins fut que les Inuits on découvert
les restes de marins cachés en dessous d'une chaloupe de sauvetage.

Revenons à nos indiens.
Faut vraiment s'imaginer une bizarre d'atmosphère.
Les Indiens se battaient souvent entre tribus.
Les Français et les Anglais s'entretuaient et se volaient leurs comptoirs ou fort entre-eux.
Les boss de la HBC ou de la Northwest compagnie songaient juste s'en mettre plein les poches
avec le moins d'hommes et de logistique possible.
Les Indiens ne voulaient pas à tout prix les mouskets des blancs.
Rapidement ils manquaient de boulets, la poudre manquait ou elle devenait humide.
Ils perdaient les pierres d'ignition... Et la fiabilité d'un mousket n'y était pas.
Alors, leurs arcs, flèches, lances, filets, demeuraient les armes de prédilection pour
longtemps dans ce coin de pays au climats extrêmes.
Donc, les mouskets étant une des valeurs les plus offertes en échange des peaux, les Indiens
se tournaient vers le Brandy et se pêttaient la face solidement.
Puis ils se saoulaient, plus ils trainaient à proximité des postes et moins ils trappaient.
Plus la trappe était bonne plus ils se pêttaient la face ou ils se pêttaient la tête en guerre.
Tout ces cycles finissent par obliger les blancs à se construire des forts et tenter d'y siéger à l'année.
Ce qui mit fin à ce genre de traite, fut la venue du chemin de ferre se rendant à Moosoonee.

Je continue mes lectures.

Quand même bizarre que les Indiens tentent toujours de s'en prendre aux gouvernements au lieu de s'en prendre
aux actionnaires de la HBC qui sont directement les responsables de l'apport de l'Alcool qui a finit par foutre
la merde partout et sédentariser une grande partie des Indiens.

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Alain T » Mar 12 Fév, 2019 14:45

Bob Cadi a écrit:Aller chasser le caribous était un luxe qui mettait en péril leur vie et aussi la vie de toute leur
peuplade advenant une rencontre avec les Indiens du Sud, qui les refoulaient sans cesse.

Scalps, coupe d'oreille , prise en otage et sacrifices était leur sort s'ils
se faisaient pogner par les annuels commandos d'Indiens de la Nottaway.
Bref, au fil des années, les Inuits ont bien malgré eux étés contrains à se faire refouler au Nord.
Et ainsi, ils ont du s'adapter à chasser les Bélugas et les produits de la mer.


Vraiment intéressant, c'Est une chose que je ne connaissais pas. Je comprend maintenant que ces deux communautés ne partagent aucune (ou presque) infrastructures commune malgré que les deux réserves sont collées et isolées.
Alain T
Participant occasionnel
Participant occasionnel
 
Messages: 158
Inscription: Sam 02 Jan, 2016 17:22
Localisation: Stoneham, Qc
Possédez-vous une licence de pilote?: Non, mais j'en rêve
Marque de l'avion:
Modèle de l'avion:
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Dim 24 Fév, 2019 13:21

Ce matin, j'avais comme projet de nettoyer la fan du poêle.
Qui dit fan, dit hélice et hélice = Aviation.
Un moment donné, j'actionne le moteur afin de vérifier le balancement de l'hélice
et de voir n'importe quoi.
Et wouash, quel ne fut pas ma stupéfaction de voir une énorme perte d'efficacité
de propulsion d'air vers l'extérieur J'en avais le toupet qui rvollais.
Alors mon coté '' Tunner '' doit se mettre à l’œuvre pour réguler cette situation.
La perte viens de l'espace entre le cadre de l'hélice et le frame de la fan.
Image

Me souviens tellement , que lors de mes courses en Jet-ski, on passaient de longues heures de machinage à
tout faire pour réduire ce genre de gap ( qui était de quelques millième de pouce ) pour les turbines de jet-ski.
La différence était notable.
C'est la même chose je crois pour les turbines d'avion.

Donc, s'offre à moi 2 options, soit de tenter de boucher cet interstice avec un foam tape.Image

Le résultat est bon, mais au final, le foam est trop épais et la fanne frotte dessus.
Image

Je vais donc tenter mon option 2 .
Soit de reculer le moteur dans le cadre, ce qui va conséquemment rapprocher la fan du frame.
Pour ce faire , je vais shimmer les bolt de soutiens par des washers AN aviation. :lol:
Image

Avec la longueur de filet disponible, je vais y aller de 2 washers épais.
Image

Toujours en mécanique, l'accès est un problème.
Et pas du tout évident d'aller glisser ces 2 washers d'épais dans cet endroit restreint , les doigts pleins de graisse. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
Image

Et voilà, le gap est réduit de plus de la moitié.
Image

Ce qui s'est rapidement traduit par un évident gain d'efficacité lors de mon '' roll test '' .
Ça fait beaucoup de bien de pouvoir améliorer son qultidien, dans n'importe quoi.

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar GéPé » Dim 24 Fév, 2019 14:00

Bob,
Tu as réussi à m'arracher un fou rire malgré cette température maussade :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: .
J'ai bien aimé la photo où tu es couché sur le comptoir pour «bolter ta fan».
Guy
Avatar de l’utilisateur
GéPé
Participant habitué
Participant habitué
 
Messages: 304
Inscription: Mar 16 Juin, 2015 12:41
Localisation: Rosemère
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Piper
Modèle de l'avion: PA28-140
Identification de l'avion: C-FAQN

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Dim 24 Fév, 2019 14:16

C'était le but de faire rire. :lol: :lol: :lol:

Je viens de terminer la lecture de mon livre de la Baie James de 1600-1870.

La première chose que l'on retient durant toute cette période, est le besoin continuel de se nourrir.
En tout temps, les passages de textes en font référence.
A tous les jours, spécialement, durant les mois d'hiver, se nourrir était un constant défit.
En on conclus facilement que bien avant la venue des blancs, nos indiens avaient cette préoccupation
au sommet de leur ''To Do list''..
Toujours, se nourrir était LA préoccupation.
Je peine à imaginer les gars partir de Mistassinni en canot et rallier la Baie James sur 600 km à rame
puis de revenir contre courant avec pas loin d'une centaine de portage, le canot emplis au raz bord dans les 2 cas.
Ça prenait des mois, et fallait à tous les jours se nourrir. Des convois de 5-10 canots Rabascan 4 hommes par canots à
ramer et portager en malade, fallait se nourrir suffisamment.
La même chose était valide pour toutes les autres rivières, Harricanna, Broadback, Opinaca, Michicabbi, Nottaway, Moose,
Pontax, et plusieurs autres.
La venue des premiers muskets, à part faire des meutres aux alentours des posts de traite, ne servaient pas à grand chose.
Toujours brisés, encrassés de poudre noire, manque de boulets, poudre constamment humide, pierre à feu disparue.
Et surtout la non rapidité à pouvoir tirer sur le gibier.
Un bon chasseur décochait 5-6 flèches avec précision avant qu'un tireur au mousket ne puisse effectuer 2 tirs.
Souvent lors d'un gros portage de qqe km, les hommes devaient camper quelques journées le temps de charier tout le stock
et le temps de s'abattre un caribou ou se poigner 2-3 castors.

Delà explique aussi , pourquoi les '' Familles '' ou peuplades d'indiens ne dépassaient guère que 12-15 individus
par campement. Plus de bouches à nourrir et les efforts de chasse versus le territoire immédiat ne suffisait simplement plus.

L'automne, les indiens se rendaient aux abords de la Baie, afin de chasser les oies.
Oies qu'ils faisaient fumer, faisander et saler afin de tenter des conserver jusqu'à la venue des froids d'hiver.
Simultanément, ils se ramassaient à Smokey hill pour aller puiser les Ciscos.
( Incroyable mais c'est précisément à cet endroit que notre base d'hydravion était ) .
Ces milliers de poissons qui seront fumés allaient souvent devenir au cours de l'hiver leur seul possibilité
de nourriture.
Oui, il y avait quelques caribous qui tombaient sous leurs flèches, mais selon les hivers, c'était souvent impossible de les chasser.
Des perdrix, partmigan et quelques malheureux lièvres venaient compléter leur nourriture.
Dans tous les écrits, on ne parle pas du feu, mais delà devait aussi être tout un défit.
Outre le faire, il faisait se bucher du bois, et sans chain-saw, se faire 15-20 cordes devait être tout en travail.
Le bois tombé ou beacher devenait râre rapidement. Et tous les amis d'ici qui ont eu à couper des épinettes du nord
savent combien ce bois est dur, concentré.
Comment les indiens faisaient pour maintenir un apport continuel et suffisant en feu fut toujours un mystère.
Il arrivait fréquemment, que des familles entières périssaient de faim et de froid après avoir tout tenter
de manger ce qui leur était possible...oui tout, incluant leurs chiens, leur famille.

A la venue des blancs, les hommes des postes de traite, ne faisaient pas seulement qu'échanger des peaux
contre des fusils, mais ces mêmes hommes ne savaient pas comment pêcher et chasser de la bonne manière
afin de se nourrir, ils ne savaient pas se confectionner de raquettes ...aucune idée de comment pièger les castors.

Donc, à leur tour, ils devaient échanger de leur biens contre de la nourriture.
Par contre ils avaient beaucoup de Gruau et de barils de boisson.
4-5 lbs de gruau contre 2-3 perdrix était un bon échange.
Tous les postes de traite avaient comme employés des indiens, mais ces indiens étaient strictement défendus
d'entrer dans les habitations de blancs. Défendu pour un blanc d'avoir une indienne comme femme, en théorie... :chuuut:

Au cours des années, il y avait des guerres entre indiens et autant entre blancs Anglais et Français.
Puis entre indiens et blancs...Puis l'Alcool importé des blancs qui venait arroser tous ces conflits.
Et dans tout ce brouhaha, fallait tenter de faire de le commerce paisiblement, naturellement peu ou pas de confiance régnait entre les clans.
Les indiens n'étaient pas du tout caves et naïfs, bien qu'ils ne savaient pas compter au sens des chiffres, ils
savaient fort bien ne pas se laisser fourrer par des '' Postmaster '' trop avides.
S'ils se sentaient floués, ils allaient simplement changer de post et vice versa. Ou bien, ils tuaient tous les hommes du post et volaient leurs biens. :lol: :lol: :lol:
C'était un genre de service clientelle assez draconnier. :mrgreen: Les blancs s'en sont aperçus assez rapidement et se sont adaptés.
( Dommage que ce genre de service client n'ai pas pu perdurer de non jours ) .
Donc les Postmaster des différents camps, devaient continuellement trouver des incitatifs pour fidéliser
leurs familles d'indiens à proximité. Il y avait même du crédit de possible avec les jetons de la HBC et
la North west Cie. ( Jetons de la NW qui valent aujourd'hui proche $20,000.00 ) si on en trouve un original.
https://www.ebay.com/itm/1820-North-Wes ... :rk:5:pf:0

La vie était fort précaire pour tout le monde, tout le temps...
Tu meurs de faim, de maladie, de froid, tué par des rivaux, ou bouffé par les ours et les loups.
Toujours aux aguets contre des embuscades de tous cotés, c'était le quotidien de la vie durant
ces 250-300 ans. Doucement la sédentarisation des indiens se provoquait aux abords des postes de traite.
Mais ce n'était pas une bonne chose.
Plus les indiens restaient à proximité des postes, moins de fourrures ils trappaient et moins de nourriture
ils ne chassaient, alors plus ils devenaient dépendant des réserves des blancs, réserves qui étaient toujours insuffisantes.
Les blancs ont commencer à leur donner des vêtements en échange, ce qui fut prouvé être une grave erreur au fil du temps.
Car, en leur donnant des vêtements, les blancs, accroissaient leur dépendance et leur faisait diminuer les besoins de chasser et de trapper
ce qui était à l'encontre des besoins de la HBC qui avait fusionner avec la NWC vers le 2e tier de ce temps.

Un moment donné, les castors furent en voix de disparition.
Il y a même eu un élevage officiel sur Charlton Island, qui perdura 50 ans et plus.
Les blancs ont alors changer de type de fourrure, les Martes, les Renards, les Loups étaient alors prisés.
Mais les résultats ne furent pas bons.

La venue des premiers missionnaires vers la fin 1870 provoqua doucement la fin de la traite des fourrures.
Car, débuta la construction des églises, des missions et de petits villages.
Et encore une fois, le trouble de nourriture aggravait les familles, plusieurs femmes veuves avec des enfants
ne pouvaient pas survenir aux besoins de la famille.
De plus les religieux interdisaient aux indiens d'avoir plusieurs femmes, encore une fois ce qui ne fut pas une bonne chose .
Car les hommes entretenaient leurs femmes. Une femme pas d'homme était condamnée à mourir de faim avec ses enfants.
Bien beau prier pour notre salut, mais c'est pas à l'église que l'on va trapper des castors et tuer des caribous.
Les cultures ne faisaient rien de bon dans ces territoires swompeux.

Pourtant en même temps, aux alentours de Montréal, on se régalait de viandes ( Sauf chavaline ) , de volaille, de fruits, de légumes...
https://www.erudit.org/fr/revues/libert ... 9502ac.pdf

Incroyable de savoir qu'encore une grande majorité d'indiens vivaient sous leurs tentes de peaux de Caribous encore
dans les années 1900...c'est tellement proche de nous.
Je le répète, on aurait du apprendre toute cette vie qui nous touche tous de près, au lien de savoir qui était Magellan,
Jean cabot, Vasco de Gama.
Malheureusement peux de nous savent qui était Radisson, ce qu'il a fait ?

Voilà .

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Dim 03 Mar, 2019 10:05

Durant le mois de Juillet 2007 un moment donné en revenant de la pêche du Gouin.
J'ai vu quelque chose d'inhabituel. :shock:
Tout juste du coin de l'oeil des genre de gros tuyaux noirs attirèrent mon attention je fis alors demi-tour et saisit mon appareil photo.
Malheureusement, ça brassait en malade et je ne pu n'en tirer qu'une seule bonne photo,
mais une photo quand même fort révélatrice. :passur:

Un genre de méga gaffe environnementale du CN ou CP peu importe, de la compagnie de train
qui passe par la voix ferré juste à quelques minutes Ouest de Casey.
Plusieurs wagon citerne de renversés... :o :o :o
Gaston, c'est heureusement à l'opposé de ton camp, plus vers l'ouest pas bien loin à partir de Casey.

Voilà, un bel accident, passée sous le silence vu son éloignement. :nenon:
Mais Bob veillait au grain et fut témoin du spectacle. 8-)

Image

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar toxedo_2000 » Dim 03 Mar, 2019 11:22

Ok... Bob

Mais je ne vois pas la voie ferrée ?
HA! Si mes bras pouvaient tourner, j'en sauverais de l'essence!!!
Avatar de l’utilisateur
toxedo_2000
Immortel
Immortel
 
Messages: 10079
Inscription: Jeu 18 Déc, 2003 13:02
Localisation: St-Michel
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Vivons heureux, vivons cachés
Modèle de l'avion: Objet volant
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Dim 03 Mar, 2019 16:01

Gaston.
La voie ferrée on la voit un tout petit peu en bas à droite sur la photo.

Regarde ou il y a comme un gros tas de ripe blanc.
Juste un peu en dessous, on y voit un petit triangle en entonnoir à la ligne des arbres.
Le triangle, c'est la garnotte de la voie ferrée.
Sur ma photo originale, on le voit mieux.

Pour savoir ou c'est, trace une ligne de l'Escapade et va chez moi au lac de Roxton.
Ou cette ligne coupera la voie ferrée, va quelques km de chaque coté et le spot devrait y être.
En fait ça devrait être coté EST de cette ligne.
Mais je ne suis vraiment plus certain de l'endroit.
Chose certaine à 100% je ne me suis pas rendu à Parent et non plus à Weymon.
C'est entre ces 2 points, je fouille dans mes historiques de GPS mais mes tracés sont effacés, trop vieux.
Quand je dis Casey je parle de la piste pas du village.
Le lac Dear...serait pas mal la limite Ouest et le lac Tendu la limite EST...ou pas vraiment plus loin .
Pourrait être proche de Hibbard.

Un moment donné, ça pourrait être une belle mission pour toi, aller survoler doucement la track de chemin de fer
et retrouver cet endroit. C'est surement encore un peu visible. Je t'offre une poutine si tu retrouve l'endroit.

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar toxedo_2000 » Dim 03 Mar, 2019 17:22

Bob Cadi a écrit:..........
Un moment donné, ça pourrait être une belle mission pour toi, aller survoler doucement la track de chemin de fer
et retrouver cet endroit. C'est surement encore un peu visible. Je t'offre une poutine si tu retrouve l'endroit.

Bob


Je vais sûrement faire ça l'été prochain. Merci Bob...

(Je peux-ti choisir l'endroit pour la poutine ? Au "Pied de cochon", ils en font une maudite bonne au foie gras ! :mrgreen:
HA! Si mes bras pouvaient tourner, j'en sauverais de l'essence!!!
Avatar de l’utilisateur
toxedo_2000
Immortel
Immortel
 
Messages: 10079
Inscription: Jeu 18 Déc, 2003 13:02
Localisation: St-Michel
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Vivons heureux, vivons cachés
Modèle de l'avion: Objet volant
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Dim 03 Mar, 2019 19:30

Va pour le pied de cochon. ;)p

Pour mettre un peu de piquant dans notre affaire.
On pourrais tu dire que le premier qui pourras retrouver cet endroit va gagner la poutine ?
Honnêtement, je n'ai pas les coordonnées.
Je sais que je revenais du Gouin ( Baie Verrault ) en direction de RPI.
Ce qui donne un secteur de recherche assez limité de quelques km sur ce tronçon de voie ferrée.

Pour le concours, je demanderais juste de débuter la recherche quand je pourrais me rendre sur flotte dans le nord
afin d'être plus équitable et de ne pas trop te donner de chance vu la flexibilité de ton appareil. ;)

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar toxedo_2000 » Lun 04 Mar, 2019 00:12

Bob Cadi a écrit:Va pour le pied de cochon. ;)p

Pour mettre un peu de piquant dans notre affaire.
On pourrais tu dire que le premier qui pourras retrouver cet endroit va gagner la poutine ?
Honnêtement, je n'ai pas les coordonnées.
Je sais que je revenais du Gouin ( Baie Verrault ) en direction de RPI.
Ce qui donne un secteur de recherche assez limité de quelques km sur ce tronçon de voie ferrée.

Pour le concours, je demanderais juste de débuter la recherche quand je pourrais me rendre sur flotte dans le nord
afin d'être plus équitable et de ne pas trop te donner de chance vu la flexibilité de ton appareil. ;)

Bob


T'as beaucoup de chance. D'abord ma machine est au refurbish.. Pense pas la ravoir avant la mi-mai
HA! Si mes bras pouvaient tourner, j'en sauverais de l'essence!!!
Avatar de l’utilisateur
toxedo_2000
Immortel
Immortel
 
Messages: 10079
Inscription: Jeu 18 Déc, 2003 13:02
Localisation: St-Michel
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Vivons heureux, vivons cachés
Modèle de l'avion: Objet volant
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Dim 10 Mar, 2019 13:17

Je vais attendre ta mise en service avant d'entreprendre les recherches.

Entretemps, en attendant la fonte des neiges, je continue de m'instruire sur nos amis les explorateurs.
Pauvres gars qui passaient des mois d'été mais surtout d'hiver à fond de cales, peu de chauffage, un environnement de puanteur, de bactérie,
de moisissures, de maladies infectieuses.Pratiquement tous fumaient et il devait y avoir tout un air irrespirable , non ventilée.
Quand ils apportaient des animaux pour les manger, tel quelques porcs , chèvre, poules, ils coutoyaient durant des mois, la suinte de leur excréments.
Tout un beau bouillon à fond de cale.

Je me suis longtemps questionner sur le pourquoi de toujours avoir de la bierre, de l'alcool , du vin à bord.
Tout le trouble des gars ivres. Mais en se mettant dans leur peau, la raison devient fort simple voir obligatoire.
Les barils d'eau se corompaient après seulement quelques semaines.
Au fil du temps, ils ont découvert que seul les boissons alcoolisées se conservaient bien dans leurs barils de bois.
Ce qui explique maintenant la surabondance de boissons à taux d'alcool élevé des explorateurs.

Voici un extrais des rations des marins qui duraient des mois...

La nourriture à bord des navires devait durer des mois dans l’humidité, le froid et la chaleur. Même si les rations des marins ne semblaient pas alléchantes, les marins mangeaient mieux que les classes ouvrières de leur pays. Des biscuits séchés faits de farine de blé étaient facilement entreposés et ne nécessitaient aucune préparation. Il aurait été difficile de cuire au four en pleine mer sur les eaux agitées. Ces biscuits des navires attiraient les charançons et d’autres insectes qui rongeaient les provisions lors des voyages. Certains marins voyaient simplement les insectes comme un supplément de protéines.

La viande salée, souvent séchée comme mesure supplémentaire de conservation, était un autre produit essentiel. Des quartiers de bœuf et de porc étaient entreposés dans des tonneaux de saumure ou emballés directement dans du sel. Le beurre et le fromage étaient parfois disponibles au début du voyage, mais ils ne se conservaient pas bien et on les mangeait rapidement. Parfois, on substituait le suif ou la graisse enrobée de farine aux rations de viande et de fromage. Le gruau et les pois, souvent servis comme des lentilles, étaient des produits essentiels pour les marins britanniques tandis que le riz, les fèves et les pois chiches alimentaient les Espagnols. Les marins recevaient une ration d’un gallon de bière par jour, souvent servie mélangée avec de l’eau. C’était une boisson populaire qui pouvait être entreposée durant les voyages, empêchant la croissance d’algues et de bactéries à cause de son contenu en alcool.

Les légumes et les légumes à feuilles n’étaient pas utilisés, car il était impossible de les empêcher de pourrir dans les bateaux humides. La choucroute, faite de chou, et la soupe, faite de condensés de légumes séchés, ont commencé à faire leur apparition sur les navires britanniques au 18e siècle à mesure que les capitaines faisaient des expériences avec la nourriture qui pourrait prévenir le scorbut et les autres maladies associées à la malnutrition.



Provisions pour ceux qui servaient sur les navires de Sa Majesté, en Angleterre du 18e siècle :

Dimanche 1 livre de biscuit, 1 gallon de bière, 1 livre de porc, ½ chopine de pois
Lundi 1 livre de biscuit, 1 gallon de bière, 1 chopine de gruau
Mardi 1 livre de biscuit, 1 gallon de bière, 2 livres de bœuf, ½ chopine de pois
Mercredi 1 livre de biscuit, 1 gallon de bière, 1 chopine de gruau
Jeudi 1 livre de biscuit, 1 gallon de bière, 1 livre de porc, ½ chopine de pois
Vendredi 1 livre de biscuit, 1 gallon de bière, 1 chopine de gruau
Samedi 1 livre de biscuit, 1 gallon de bière, ½ chopine de pois


Oufff, dans le froid, jamais de lavage....
Parlant de lavage :shock: :o

Avant le 18e siècle, la vie à bord des navires était généralement peu hygiénique et les odeurs étaient mémorables. Les marins travaillaient et dormaient dans les mêmes vêtements jour après jour et les poux de corps prospéraient dans un environnement fermé et humide en plus de causer de terribles démangeaisons et de répandre des maladies telles que la fièvre typhoïde. Les marins ne pouvaient pas nager ou se baigner dans l’océan, car l’eau était souvent trop froide et les conditions trop difficiles. La croûte de graisse et de sel qui s’accumulait sur leurs vêtements n’était pas lavée. En fait, on y ajoutait souvent du goudron pour empêcher le vent et la pluie de se rendre jusqu’à la peau. Leurs familles à la maison avaient rarement accès à des baignoires et cela n’a pas fait partie de la vie en mer mon plus.

Bob. :arrow: :malade:
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Jeu 14 Mar, 2019 17:57

Quand on repense à ça, c'est fou comment seulement 200 ans ont pu changer les choses.

Un marin/colon dans les années 1800 mettait sa vie en danger en traversant l'océan.
Et il devais souvent travailler des quarts de 16-20 heures durant.
Il y avait de fortes possibilité de scorbut, malnutrition, famine, danger de se perdre, risques de mutinerie,
danger de se faire couler par un navire d'un autre pays conquérant, très haut taux de piraterie, etc...

Aujourd'hui, c'est à bord d'une croisière que nous pouvons continuellement manger
des plats qui sont dignes des plus haut chefs cuistots.
Manger comme de vrais porcs 24 heures sur 24, toutes boissons inimaginables.
Bain/douches/piscines à volonté.
Pas vraiment de maladie sauf ....quelques M.T.S ou I.T.S... Lol...

Jamais qu'un marin d'autrefois aurait pu imaginer tel démesure...en seulement quelques générations.
Que ce serait satisfaisant de pouvoir partager tel changement avec ces grands explorateurs intrépides.

Bob.
( Qui s'imagine souvent J.A.Bombardier piloter un récent Sea-doo ou un beau MXZ X-RS )
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Lun 18 Mar, 2019 18:09

Même si les lacs ne sont pas encore dégelés, l'expédition avance bien, très bien.

Youppi , il est arrivé...
Image

Afin de maximiser et d'optimiser le temps passé sur le site, une grande partie de ce genre d'expédition doit se faire au sol.
Des centaines et des centaines de pages de lecture plus que super intéressante.
Il ne faut pas sauter de pages, même pas une seule ligne car un important message peut s'y cacher.

Être un chercheur sous-marin, je serais tombé sur d'importants Jack-pots à date.
Dans tout ces textes, je tombe parfois sur les descriptifs relativement précis de naufrages, les embarcations sont bien nommées
tout comme comme une bonne partie de leur chargement et des fois il faut en deviner une autre partie.
De grands bateaux ravitailleurs, contenant toutes les fournitures nécessaires à plusieurs mois de survie,
d'échange de cadeaux, d'outillages, armement, argent, paye des employés et même parfois de petites quantités d'or.
Servant aussi de monnaie d'échange entre colonies.
Voici un court extrait d'un naufrage qui a eu lieu après qu'un navire eu quitté le dépot principale qui avait cumulé
les fourrures d'une saison. De bons détails y sont présent, incluant la localisation exacte du vaisseau.
C'est bien certain que 350 ans plus atrd, il ne reste plus grand chose du bateau, mais il était quand même full de tout
ce qui comptait dans ces temps-là, armement, canon, vaisselle, etc ...etc...
Image
Image

Je sais exactement ou se trouvent ces petits récifs, il n'y a que de 0 à 25 pieds d'eau.
Vraiment dommage que ce naufrage ne soit pas celui d'un bateau Pirate ayant coulé avec un précieux butin à bord.
J'aurais-tu été content et heureux de lire tel récit, soyez certain que je ne vous l'aurait pas partagé. :chuuut:
Et c'est pourtant de cette manière que les vrais chasseurs de trésors procèdent, des milliers d'heures de recherches dans les bibliothèques
pour finalement partir sur le terrain avec de bonnes informations crédibles .

Dans une recherche, je suis tombé sur un autre passage très intéressant.
Un important naufrage eut lieu.
Plus de 60 marins durent faire plus de 1320 km à pied, en 2 mois, Octobre et Novembre , dans la nature.
Sans aucun équipement de survie...en 1903
Partir de ce qui est aujourd'hui, Chisasibi, les naufragés se sont rendus au lac Témiscamingue là ou ils ont
pu prendre un train en direction de Québec. Morts, perdus, maladie, amputation dues aux engelures, tout le récit y est très bien documenté.
Les survivants ont du même manger entre autre; le chien du capitaine, un malheureux lièvre, un orignal...
ils sont tombé sur la dépouille d'un malheureux coureur des bois, ils ont pu survivre grâce à ses réserves et à manger aussi ses 2 chiens.
Durant le trajet, les survivants s'enfonçaient de plus plus dans la neige, sans raquettes et à bout de force.
Un moment donné, ils durent se départir de tout ce qui les encombrait, tout incluant, même leur petites réserve d'or :shock: :shock: :shock:
Alors, il y a un beau petit butin de nombreuses pièces d'or plein bois, à environ 1 semaine de marche du lac Témiscamingue, Nord,
à pas de moribons dans la neige ...
Bonne chance aux chercheurs.
Le partie du récit qui traite du butin qui git drette sur le sol...maintenant recouvert de feuilles mortes et de décomposition d'arbres.
Image

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar bush pilot » Lun 18 Mar, 2019 19:35

les pieces d'or doivent être déja sous 1 pied d'hummus !!! :D
Avatar de l’utilisateur
bush pilot
Participant accro
Participant accro
 
Messages: 1601
Inscription: Ven 04 Mar, 2011 21:18
Localisation: prevost
Possédez-vous une licence de pilote?: Non spécifié
Marque de l'avion: Pégazair
Modèle de l'avion: SP 100 -150 HP
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Alain T » Mar 19 Mar, 2019 12:56

Bob Cadi a écrit:Bonne chance aux chercheurs.
Le partie du récit qui traite du butin qui git drette sur le sol...maintenant recouvert de feuilles mortes et de décomposition d'arbres.
Image

Bob


1 semaine de marche du lac Témiscamingue, ils ont laissé la caisse de l'Eldorado. Malheureusement le trésor a été retrouvé :wtf: :D

https://www.pagesjaunes.ca/bus/Quebec/Duparquet/Eldorado-Gold-Mines-Inc/100819026.html

Eldorado Gold Mine
78 Principale, Duparquet QC J0Z 1W0

.
« La découverte en 1912 d'une riche veine aurifère près du lac Duparquet par un prospecteur du nom de Beattie, qui allait donner un nom à la société minière Beattie Gold Mine, amena la création de la ville qui tire son nom du canton - proclamé en 1916 - où elle se situe en 1933, année de la création du bureau de poste homonyme, et qui honore la mémoire d'un capitaine de grenadiens au régiment de La Sarre, lequel faisait partie de l'armée du général Montcalm.


La mine Beattie a produit un million d'once d'or!
Alain T
Participant occasionnel
Participant occasionnel
 
Messages: 158
Inscription: Sam 02 Jan, 2016 17:22
Localisation: Stoneham, Qc
Possédez-vous une licence de pilote?: Non, mais j'en rêve
Marque de l'avion:
Modèle de l'avion:
Identification de l'avion:

Re: Le nouveau Bush caddy de Bob et ses missions.

Messagepar Bob Cadi » Mar 19 Mar, 2019 16:36

Mouin.
Zut de Zut... :tapemur:
On va alors mettre les efforts à un autre endroit . :danse1:

Bob
Avatar de l’utilisateur
Bob Cadi
Vénérable
Vénérable
 
Messages: 9382
Inscription: Ven 20 Fév, 2004 22:04
Localisation: Roxton Pond
Possédez-vous une licence de pilote?: Oui
Marque de l'avion: Bush-Caddy
Modèle de l'avion: L-160 @ 180 hp
Identification de l'avion: C-GPEF

Précédente

Retourner vers Discussions générales

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités